Enquête à la cidrerie Diribarne

Tel Colombo, enquêtez sur l’étrange meurtre de la cidrerie. Et le nombre de suspect est conséquent ! Analysez les éléments et débusquez l’assassin.

Opération « réveil »

C’est donc sous un soleil de plomb que le réveil sonne à Bayonne. Le temps de se préparer et nous arrivons chez Opération Escape. On sent d’entrée que l’on va souffrir de la chaleur car l’escape game se situe dans un hangar de la zone industrielle Bayonnaise (et l’on sait tous que la Bayonnaise, quand ça reste au chaud, on peut en être malade ! – Drum bah Tssss !).

L’accueil de nos hôtes de la demi-journée est agréable et souriant. Il y a une zone d’accueil par escape game – c’est donc dire s’il y a de la place – et une décoration par zone d’accueil. Même si cette dernière semble issue d’une brocante, il y a quand même une quantité et une qualité d’objets mis à la disposition de notre regard.

Vu la chaleur (et le nombre d’heure que l’on va passer dans les lieux), on nous offre une boisson d’entrée de jeu – les habitudes locales étant plutôt à posteriori du jeu – et j’avoue accepter avec grand plaisir.

Le briefing d’entrée et scénaristique est bon, rien à dire, et comme on arrive avec notre pass « Nous-avons-fait-200-escape game », du coup les explications d’usage sont écourtées / simplifiées.

Potes Colombo

Pas de grade de détective chez les potes, sur une enquête policière, nous sommes tous égaux : les potes ! Mais il y a une énigme à résoudre et un crime à élucider. Le décor de la pièce principale est assez succinct pour une cidrerie, quelques tonneaux au mur, une caisse enregistreuse, un menu et… quoi ? Un menu ? Ah.. on me dit dans l’oreillette – comprendre : les documents – que je suis dans un restaurant… Ok, noté !

Les flics ont déposé la valise d’enquête et se sont barrés pendant une heure – clairement expliqué dans le pitch même si assez peu crédible – et notre fouille peut donc commencer. Les premiers éléments se mettent en place assez facilement, malgré quelques soucis de compréhension (de notre part), nous avançons dans l’escape game assez simplement.

Seulement, il y a un bon nombre de choses à faire dans cette cidrerie alliant énigmes et fouilles de façon régulière et systématique. Mais vers la fin, le fil conducteur et la logique se perd un peu au profit de l’enquête policière. Les énigmes deviennent un peu moins subtiles voire perturbantes. Je pense pas que ce soit le manque d’imagination des auteurs, mais j’avoue rester sur une certaine incompréhension sur la fin de l’escape game.

C’est le colonel Moutarde avec le chandelier !

On arrive donc au moment crucial ! Sauf si on a loupé notre fouille, nous avons devant nous tous les éléments pour résoudre l’enquête finale. Le choix du meurtrier nous fera sortir (ou pas) de l’escape game. Bon, j’avoue, l’enquête est bien ficelée, les éléments s’emboîtent bien, il y a un peu à lire, mais pas trop… juste trouver l’élément discordant.. mais je ne suis pas là pour ça. Moi je suis là pour résoudre des casse-tête et pas pour enquêter sur un meurtre.

Cette partie là m’intéressant donc un peu moins que le reste, j’avoue avoir attendu que Fragui rende son jugement et le valider avec lui (bon j’aurai pas dû…). Mais avec le peu de temps qu’il nous restait, on a choisi donc une mauvaise option.

Nous ressortons donc frais mais dans une chaleur accablante dans le hangar fin prêts à ré-ingurgiter n’importe quelle boisson fraîche qui nous est proposée !

Au final, un escape game assez déroutant dans sa ligne : on nous parle d’un restaurant, d’une cidrerie, d’amour et de trahison, de mobile et d’arme du crime… Le lieu ne correspondant pas forcément à ce que l’on peu s’imaginer.. C’est donc dubitatif que je ressors de la salle. C’est bien un escape game, il y a de bonnes choses dedans, mais pas convaincu jusqu’au bout en tout cas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *