Madness

Patients d’un hôpital psychiatrique, nous avons été drogués et amenés au professeur pour devenir ses prochains cobayes. Mieux vaut sortir dans l’heure pour ne pas découvrir ce qui nous attend.

Un dernier pas vers la folie

Voilà que s’achève notre périple hongrois. Après 13 escape game, nous finissons, à quelques heures de reprendre notre vol vers la France, avec un escape game d’une certaine difficulté.

Du propre aveu du game master, cette histoire est assez vieille et non rénovée. C’est l’une des rares salle que nous ayons pu faire constituée d’une seule et unique pièce.

Nous commençons pour deux d’entre nous dans un lit-cage – je n’avais jamais vu ça auparavant – et la troisième dans une camisole de force. Après un début d’escape game assez laborieux, on fini par se libérer et explorer le bureau de ce savant fou.

La partie fouille est quand même très présente car plein de petits éléments sont disséminés partout. Il est amusant de remarquer qu’on n’y fait absolument pas attention tant qu’on ne sait pas ce que l’on cherche.

Un dernier pas vers la sortie

Il est rare que je dise ça, mais les parties mathématique et logique ont une grande importance. En effet, il y a beaucoup de cadenas à ouvrir et tous ou presque dépendent d’une opération arithmétique.

Les énigmes s’enchaînent à un rythme effréné. Il y a beaucoup de choses à faire en assez peu de temps.

Le décor est assez simple avec un bureau et au mur du carrelage. Ajoutez à cela, le long des murs, de nombreuses armoires et chacune d’entre elles contenant beaucoup d’éléments à regarder et analyser.

Le résultat

Il obtient donc également la 5e ex æquo de notre classement hongrois sur 14 escape game.