La prohibition

Il paraît qu’un barber shop dissimulerait en vérité la cache d’un des patrons de la mafia de Chicago. Nous avons une heure avant que ses hommes de mains ne rentrent dans sa planque et nous trouvent. C’est le temps imparti pour trouver son identité et partir.

Un escape game mais pas trop

Dans ma longue carrière de testeur d’escape game, je n’ai jamais vu un escape game aussi difficile à trouver que celui-là. Impossibilité d’effectuer une réservation sur le site de la licence. Quand on l’appelle, ils n’ont aucune idée d’où il se trouve. Encore plus suprennant, même quand on est face au conteneur, on doute qu’il soit ouvert ou qu’il contienne un escape game. Bref, c’est typiquement un jeu d’énigmes peu ludiques pour trouver le lieu de la réservation !

Comme je le disais, c’est dans un conteneur que se situe l’escape game. Nous en avions déjà fait un de cet acabit l’année dernière et nous avions été agréablement surpris. Du coup, quoi de plus naturel que de retenter l’expérience cette année. C’est la pelouse devant le conteneur qui nous indiquera que c’est bien là le lieu que devons atteindre. Une table et des chaises sont posées sur cette moquette et n’attendent plus que nous.

L’accueil est succinct et assez bref. L’histoire est claire et nette telle celle contée lors de la réservation. Pas de grosse surprise jusque là. En dehors de cela, il fait 35 °C au soleil, rien ne nous est proposé à boire (ou à manger) et nous allons nous faire avaler dans un gigantesque monstre de fer. J’espère que c’est bien climatisé.

De jeu et d’alcool

Ce qui est fun dans les quelques premiers mètres de l’escape game, c’est qu’ils ont pris le luxe de faire une porte d’entrée dans la demeure du super Mafieux ! Une fois cette dernière passée, on entre dans une pièce ayant vaguement l’allure d’un bureau. L’espace est exigu mais on se doute assez facilement où sera la suite de l’escape game.

C’est à la faveur d’un soucis technique que nous accédons à la suite des énigmes. Là, sur un rappel à l’ordre de notre game master, nous revenons en arrière pour résoudre les énigmes shuntées et accéder officiellement à la suite. Les énigmes subséquentes se suivent assez facilement et logiquement. Il faut rappeler que c’est principalement un escape game de vacances. Il est donc prévu pour une population plutôt familiale ayant peu d’escape game à leur actif. Cela expliquera sans doute que nous en sortirons en 30 minutes.

Pour un conteneur, on peut cependant apprécier les efforts faits sur l’immersion. Même si l’espace est réduit et longiforme, il y a un certain réalisme dans la réalisation et au soin qui lui est apporté.

En ce qui concerne le mastering, nous n’avons eu peu affaire à notre game master, à l’exception de notre rappel à l’ordre. Mais l’accueil et la sortie de l’escape game se sont passés de façon assez impersonnelle. De plus, comme je l’ai dit au tout début, l’absence complète de signalétique est un problème pour réserver et trouver le lieu de l’escape. C’est bien dommage.

Le potes aux roses

C’est donc après un peu moins de 10 minutes de réflexion sur l’enquête du « qui est le mafieux ? » que nous ressortons avec la bonne réponse et un nouveau record dans cette salle.

Au final, c’est une salle agréable (et climatisée !) dont le principal problème provient de l’environnement autour qui ne lui est pas propice. Les énigmes sont sympas et ludiques, le niveau digne de congés d’été et son statut d’éphémère est donc bien mérité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *