Les infiltrés

Il est temps d’agir, une organisation secrète a commencé le lavage de cerveaux en déstabilisant les traditions culturelles et intellectuels de chacun. Tentez de découvrir ce qui se cache derrière le sigle WD !

Révisons nos classiques

Pour une première fois chez 60′ escape, l’arrivée et le briefing se font correctement. Il y a même un petit jeu de logique assez complexe qui permet de se chauffer le cerveau avant de commencer.

Le briefing et le pitch semblent assez clairs, mais qu’est-ce qui se cache derrière WD ? Ce nom ne m’est pas inconnu !

Pourquoi en prison ?

Je ne sais pour quelle raison, nous devons commencer l’escape game dans deux salles séparées et qui plus est, en prison. Mais qu’à cela ne tienne, notre groupe ainsi séparé en deux doit trouver un moyen de communiquer et pour ce faire, il faudra trouver un moyen assez original.

Les décors assez sobres pour une prison, mais en même temps, c’était l’idée, mais la décoration murale elle aussi me rappel étrangement quelque chose. Les épreuves sont diverses et variées et la fouille assez présente.

Néanmoins, il faut savoir que cela fait à peu près 8 minutes que l’on tournait comme des lions en cages sans trouver le moindre éléments susceptibles de nous aider. Nous demandons de l’aide qui intervient, mais de façon assez approximative – voire très approximative.

L’indice plus précis nous sera donné à 30 secondes de la fin et ne nous permettra pas de sortir dans les temps. Après discussion avec le staff de la licence, il s’avère que c’est la règle de mastering. Mouais…

Et alors ?

Au final, je trouve ce point final décevant, surtout pour deux raisons : la première est que nous avons passé près de dix minutes à tourner et retourner la salle dans tous les sens en vain. La seconde est que c’est la dernière impression sur laquelle nous restons en sortant : une grande déception.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *