L’étrange bureau de Madame Pincedur

Tout le monde craint Madame Pincedur, directrice de l’établissement de magie et en particulier le Professeur Balgalor. Ce dernier nous mandate pour aller voler une relique dans son bureau, par contre, nous n’avons qu’une heure et il ne faut absolument pas se faire attraper.

Du froid au chaud

Nous retrouvons donc la chaleur accablante du hangar après le fraîcheur de l’escape game précédant qui nous rappel à quel point l’escape était bien climatisé…

Comme nous sommes là pour enchaîner, alors enchaînons. Je ne vais pas refaire de tirade sur Opération Escape, tout à déjà été dit et écrit dans l’article précédant.

Nous sommes donc maintenant convoqués par un magicien afin de récupérer un artefact dans le bureau de Madame Pincedur… un genre de magicienne plus puissante que lui (a froid, ça ne semble pas bien dur) et qui a également réquisitionné les sept autres baguettes de notre apprenti magicien. Madame Pincedur sera évidemment absente une heure de son bureau : c’est donc le temps que nous avons pour commette notre méfait.
Vite retournons l’intérieur vivre avec la clim’ !!!!!

Poupées russes

L’intérieur du bureau est assez bien fait. Sans aller jusqu’à dire que c’est comme ça que je l’imaginais, il y a une cohérence dans le thème. Bon nombre de coffres jonchent le sol, tous fermés évidemment et nous sommes donc partis pour une longue séance de code-cadenas avec des coffres étant eux mêmes composés de coffre…

La décoration est bien composée de « familiers » : éléments indispensables dans l’univers de la magie, avec un petit côté instituteur qui rappelle bien qu’on est dans une école de magie.

C’est cependant à une fouille minutieuse à laquelle il faudra nous frotter car l’un des coffres ne s’ouvre qu’à partir d’éléments disséminés (pour ne pas dire cachés) dans la pièce. Et vu la quantité en plus des sept baguettes à trouver…. je peux dire qu’il y a matière à fouille !

Les énigmes sont toutes logiques. Les coffres révèlent facilement ce qui permet de les ouvrir, et les codes à trouver sont visibles et ludiques.

La suite de l’aventure ne sera donc qu’une formalité : l‘artefact et les baguettes ne seront donc qu’un détail à trouver et à ramener à notre pseudo magicien.

Et alors, qu’est-ce que ça fait ?

Nous sortons donc victorieux de cette salle avec juste le regret que cet escape game soit un pur 1.0 (code-cadenas) et qu’il ne soit pas plus que ça emprunt de magie ! Par exemple d’utiliser les sept baguettes pour lancer des sorts pour avancer… enfin bref on peut rêver et je chipote.

Néanmoins, cet escape game est fluide, logique de bout en bout et surtout ludique. Une épreuve enfantine qui comblera ce public tout en permettant aux adultes d’y trouver une émulsion. D’ailleurs cette aventure est aussi adaptable uniquement pour les enfants.

Au final, un escape game ludique, assez classique, mais très agréable à faire, qui peut convenir aux petits comme aux grands. Mon seul regret, et histoire de chipoter sera l’absence de mécanisme(s) 2.0 pour faire un peu plus rêver l’enfant qui sommeil en moi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *