Psychiatric

Benjamin Nari a disparu, tout porte à croire qu’il a été interné dans un hôpital psychiatrique. Il est de notre devoir d’enquêter pour savoir ce qu’il a bien pu lui arriver.

Faire de l’ancien dans du neuf

Le duel entre les escape games code-cadenas – autrement appelés 1.0 – et les full méca. – appelés 2.0 – fait rage. La plupart s’évertuent à faire dans la technologie de pointe pour rendre une l’expérience de jeu inoubliable, tandis que d’autres restent plutôt campés sur le côté ancien de l’escape  game avec plus ou moins de succès.

Chez B.R.A.I.N., nous sommes plutôt sur des escape games qui sont pensés 1.0, mais qui arrivent à sortir du lot grâce à une histoire intéressante et des énigmes vraiment passionnantes. Mais je grille un peu les étapes.

Trouver le lieu de l’enseigne est déjà presque un jeu à lui tout seul. Une fois dans les locaux atypiques, nous constatons directement le côté marginal de nos hôtes – on sait d’ores et déjà qu’on va  bien s’amuser…

Faire d’un asile, un escape

Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’ils ont le cerveau torturé chez B.R.A.I.N. et que leur escape game est à leur image. Dès l’introduction, on sent que l’expérience va être immersive, et on est pas déçus ! Enfin libres de nos mouvements la fouille peut commencer.

Nous progressons à mi-chemin entre un univers psychédélique et déjanté, entre logique et peur. Je dois avouer que cet univers me plaît. C’est simple et surtout très efficace. Les énigmes sont intéressantes et intelligentes à la fois. Les créateurs prennent l’option de rajouter des petits pièges qui, bien loin d’être handicapants, font sourire le joueur tout en rajoutant à l’immersion.

Nous renconterons même quelques énigmes inédites, ce qui, au bout de bientôt 400 escape games montre bien que les concepteurs ne sont pas encore au bout de leurs idées.

L’ameublement est réduits au strict minimum pour une chambre d’aliéné, l’immersion proviendra essentiellement de la décoration murale sur laquelle les concepteurs ont du passer un bon moment pour y glisser ce qui sera utile de ce qui ne le sera pas…

Faire d’un jeu, une expérience

Il est temps pour nous de plier bagages avant que notre cerveau ne soit réduit en bouillie dans cet asile. Et surtout après avoir autant été mis à contribution, il mérite un peu de repos. Nous retrouvons donc nos tortionnaires pour continuer notre discussion initiée juste avant sur notre passion commune.

Au final, cet escape game me plaît. Il représente tout ce que j’aime dans les 1.0, des énigmes cohérentes, une atmosphère immersive, et le petit grain de folie qui donne une âme à ce jeu avant d’essayer de prendre la nôtre. Bref, un régal !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *