Galaxie

À bord d’un vaisseau spatial, vous apprenez que l’oxygène va commencer à manquer. Pire, cette saloperie d’intelligence artificielle va bêtement déclencher le protocole d’urgence qui revient à… vous condamner. L’heure de la guerre entre l’homme et la machine va commencer.

Toc toc toc ?

Bon, il faut constater que jusqu’à présent, nous n’avons pas eu trop de chance avec les salles de l’Antichambre. Les seules salles qui maintenant pourraient valoir le détour, nous les avons faites à Budapest. En l’occurrence, elles n’étaient pas mal du tout sur place. Du coup, cela redore le blason de la licence, mais par effet de bord uniquement.

Qu’à cela ne tienne, nous retentons notre chance avec une de leur dernière création cette fois, dans les nouveaux locaux de la rue Blondel. Nous avons donc rendez vous un 15 août – jour férié – pour faire notre escape game. Nous arrivons donc pile à l’heure dans le superbe hall d’accueil de la licence. Cependant, il ne semble pas y avoir âme qui vive…

Nous avons beau demander s’il y a du monde, héler à tour de bras, rien n’y fait. Nous sommes laissés là, comme deux ronds de Jelly (c’est comme des ronds de flanc, en moins bon). Du coup, on décide tout bêtement de s’asseoir et d’attendre. Un mot sur le frigo pour nous dire que les boissons sont en libre service nous suffit à occuper le ¼ d’heure d’attente avant d’avoir vu le début d’un être humain.

Du coup, on peut commencer ?

Maintenant que toute l’équipe est rassemblée y compris le game master, ce dernier nous prépare psychologiquement à la suite de notre aventure. Nous avons gagné un voyage vers une planète – ne m’en veuillez pas d’avoir oublié son nom – et l’embarquement est imminent ! Les recommandations d’usage sont glissées pendant le briefing de l’histoire. C’est une façon assez subtile de garder l’attention du public tout en demandant de ne pas forcer.

Nous embarquons donc vers truc… la planète là… et quelques instants après, l’intelligence artificielle perd un peu les pédales. Elle nous annonce la chronique de notre mort annoncée… à moins que l’on arrive à réparer le vaisseau en 60 minutes. Ça tombe bien c’est le temps qu’il nous reste en oxygène.

La salle de l’escape game est assez sobre en terme de décoration. Sincèrement, j’espère que la croisière est prévue de courte durée car je n’y serai pas resté plus d’une heure. La fouille commence donc facilement, il y a assez peu de choses à fouiller et donc à trouver. Les premiers éléments se trouvent donc rapidement et les premières énigmes se résolvent. Ce qui me gênera le plus tout au long de l’escape game, c’est que la décoration est « imprimée ». Et faire tout un vaisseau spatial imprimé, je pense sincèrement que c’est une mauvaise idée.

Juste derrière s’ensuivra une salle des machines en papier peint. Qu’en dire ? Alors, oui, en effet, je pense que c’est un budget d’ouvrir son escape. Passé cet état de fait, l’idée – je pense – est d’offrir un voyage aux joueurs. S’évader de son quotidien va être difficile en mettant juste un peu de papier peint – aussi stylisé et réaliste soit il. Du coup, cela biaise un peu l’immersion de l’expérience de jeu.

Pendant notre périple, nous n’aurons pas spécialement besoin de notre game master pour nous apporter son aide. Du coup, je n’aurai aucun avis sur sa capacité de mastering. Ceci étant, il était souriant et agréable à discuter. Il manquera donc la moitié des fondamentaux (les boissons étant en libre service) et un café proposé à la sortie du jeu qui ne sera jamais servi… mais c’est pas bien grave.

Du coup, on peut aussi rentrer ?

L’escape game s’achèvera donc par la victoire de l’homme sur la machine. Au final une petite déception sur l’immersion et un chouilla trop de choses à lire tout du long. Néanmoins, en dehors de cela, c’est une séance sympathique et agréable à faire.

En conclusion, l’Antichambre renoue avec les Potes d’une façon un peu plus agréable sans être pour autant une révolution. La curiosité m’attire donc pour tester le dernier scénario de la nouvelle vague chez eux : La Forge !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *