Game Over

Cette fois encore, le tueur au puzzle vous met à l’épreuve dans un jeu des plus macabres. Saurez-vous survivre cette fois encore à tous les pièges qu’il vous a tendus ?

Nous allons jouer à un jeu…

On retourne chez LeavinRoom pour affronter le 2e scénario issu de la licence horrifique : Saw. Pour rappel, LeavinRoom possède deux autres scénarios : Saw et Le pays des merveilles. C’est donc Le tour du monde en 60 minutes qui a fermé ses portes pour nous permettre de vivre cette nouvelle expérience !

L’accueil est agréable ; les explications claires et précises. Néanmoins, il manque toujours les fondamentaux chez LeavinRoom et ce, malgré la présence d’une fontaine à eau.

À l’instar du précédant opus, on entre dans l’escape game les uns après les autres. Les yeux bandés, nous sommes mis en place ;  comprendre que nous sommes attachés, voire mis en scène. Scène que l’on comprend rapidement une fois le bandeau enlevé : nous sommes tous en danger !

Vivre et laisser mourir

Si vous connaissez un tant soit peu les films, vous remarquerez une certaine similarité entre la façon dont les acteurs sont attachés et la situation dans laquelle nous nous trouvons. Même si on sait que ce n’est qu’un jeu, c’est malgré tout assez troublant et cela peut faire naître quelques peurs pour les plus fragiles d’entre nous.

Pour tenter d’appuyer mes propos : je vais être obligé de comparer ce scénario au précédant de la même licence. La première chose que l’on peut comparer, c’est ce que l’on voit en ouvrant les yeux. On ressent une ambiance, on subit une façon d’être attachés. Dans cet opus, c’est franchement très bien réussi. C’est toujours aussi sale, mais cette fois, la réalisation est en complète adéquation avec le thème, nettement plus poussée que pour le premier scénario.

Comment sortir ?

Par contre, la qualité et la quantité d’énigmes est moindre par rapport à son homologue. Le défi est donc largement plus accessible à tous joueurs quelques soient les expériences dans le domaine des escape games. On peut donc en conclure que la licence a souhaité ratisser un plus large public et offrir une aventure largement plus dérangeante que la première : et ça fonctionne !

Nous n’avons rien eu à redire du mastering, efficace quand nous commencions à nous égarer et avec suffisamment de second degré pour être « amusant ».

Les décors sont à l’image du piège et, fort de son expérience du premier Saw, l’immersion est très bonne. Cependant, après à peine plus d’un mois d’exploitation, certains éléments semblent assez peu résistants à l’assaut des joueurs. Nous avons donc eu une partie du matériel cassé ce qui nuit légèrement à la bonne expérience de jeu.

Au final, malgré une légère déception sur la difficulté de ce scénario, l’expérience y gagne en immersion. La question à se poser est donc : que venons nous y chercher ? En fonction de la réponse, vous y trouverez votre compte. Personnellement, ce fût une très bonne expérience, salissante, glauque et lugubre que je recommande à tout joueur ayant envie de se réveiller attaché dans un environnement « Sawesque ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *