Oslo : mission destruction

La liberté a un prix ! Et c’est sous l’océan que celle-ci se gagnera. Dans cet escape game, il vous faut sauver le destin du monde par la violence.

Locked Up – Volume 3

On embarque donc dans la 3e et dernière mission chez Locked Up pour aujourd’hui. Pour rappel donc, nous avions frissonné pendant Goétia, cogité pendant le vol et maintenant, nous allons nous submerger très profondément en direction d’Oslo !

Pour ceux qui nous rejoignent au beau milieu de cette trilogie, une petite piqûre de rappel, donc, sur notre escapade chez Locked Up. Je ne rappellerai donc pas à quel point Djé et Audrey ont été adorables avec nous.

We all live in a yellow submarine !

Le monde tel que nous le connaissons est donc en péril et le seul moyen d’y remédier est donc de se tenir par la main et de chanter des psaumes à dest… Qu’est ce que je raconte ? Non ! C’est la guerre ! Un bon missile, bien gras, permet donc de sauver la paix… Et oué !

En route compagnons et montons à bord du Nautilus ! Tout d’abord, il faut savoir qu’à l’entrée de Locked Up, le sous-marin trône magistralement au milieu de l’accueil. Ce qui a pour but d’en révéler un peu la superficie, mais aussi la qualité totalement steampunk du décor.

La progression se fait cependant difficilement et bien que nous soyons sortis avec 35 minutes d’avance par rapport au chronomètre final, il y a eu quelques flottements (sous l’eau ! Ah ah !) réguliers qui nuisaient à la fluidité (oui oui, mon but est d’injecter autant que possible de jeux de mot sur l’eau…) de la progression. Et c’est bien dommage.

On se retrouve également à faire des manipulations assez inédites dans des escape game comme brancher électriquement des éléments. C’est pas une chose habituelle et personnellement, je n’aime pas ça, surtout quand la grande majorité des briefings d’escape game nous incite à ne pas toucher à l’électricité.

Un Nautilus sans Némo

Nous avons eu l’occasion également d’éviter quelques énigmes par des astuces plus ou moins « légales », et c’est dommage que nous en ayons eu la possibilité.

Cependant, les énigmes sont bien dans le thème dans lequel nous évoluons et quelques détails comme un périscope, un missile, un hublot vers  un extérieur aquatique en ajouteront à l’immersion. Jusqu’au lancement final du missile qui nous ouvrira la sortie de l’escape game.

Nous avons donc beaucoup discuté de cet escape game qui, malgré une très belle réalisation, semble un peu moins abouti qui les 2 autres, déjà parce qu’il nous a cruellement manqué une vraie fin, scénarisée et attendue vue le pitch de départ ! Et puis la fluidité de l’ensemble est améliorable.

Au final, un escape game qui est très esthétique et dont la réalisation ne souffre d’aucune faute. Quelques énigmes nous semblent un peu décousues et il nous a cruellement manqué une fin digne de ce nom quand on vient de sauver le monde ! Mais je ne m’inquiète pas, avec la volonté qu’ont les gérants d’améliorer leurs escape game, ils sauront améliorer ce dernier pour le rendre parfait.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *