Le bureau de James Murdock

James Murdock a été arrêté pour un meurtre qu’il n’a pas commis. Avant qu’il ne soit mis sous les verrous, vous avez une heure pour prouver son innocence.

La toute première enseigne parisienne

Il est un peu tard pour présenter la première licence d’escape game arrivée sur Paris. Mais néanmoins, il n’est jamais trop tard pour aller faire leurs scénarios. Hinthunt présente à ce jour deux jeux. Étant donc dans les premiers sur Paris, on peut facilement s’attendre à de l’escape game 1.0.

C’est dans un hall d’entrée que nous avons rendez-vous. Il y a un comptoir mais absolument rien pour s’asseoir ni aucun des fondamentaux (i.e. bonbons et boissons). Je pense que ce genre de service est arrivé après l’industrialisation des escape games dans Paris et qu’il n’avait pas la possibilité de revenir en arrière par la suite.

Nous rencontrons la horde de game masters à notre disposition pour la prochaine heure, comme nous arrivons à 15 joueurs pour les 3 salles identiques en parallèle. L’un d’eux se met en avant et nous explique à tous les règles du jeu et les consignes de sécurité, auxquelles s’ajoutent l’histoire de James Murdock : point d’orgue de notre impatience.

La dernière enquête de Murdock

Nous sommes donc découpés en groupes, puis envoyés dans chacune de nos salles. Cette dernière est assez austère mais représente bien ce que l’on peut imaginer d’un bureau à l’exception des éléments probablement utiles pour l’escape game.

Ils sont donc un peu voyant ces éléments qui servent à résoudre une énigme versus le pur décorum. La traditionnelle fouille commence et à noter qu’elle est assez ardue tout du long de l’escape game.

Comme dit précédemment, les décors ne sont qu’un enchevêtrement de salle, richement décorée. Fort heureusement, les énigmes, en nombre et en difficulté vont nous prendre aux tripes et nous occuper presque toute l’heure.

Le mastering sera à la hauteur de ce que l’on attend avec un suivi et les aides à points nommées, avec suffisamment d’attente entre les énigmes pour nous laisser chercher. En résumé, le travail que l’on peut attendre d’un bon game master.

Au final

Au final, cet escape game reprend les bases du jeu avec un niveau de difficulté qui est centré sur la fouille et la quantité d’énigmes. Néanmoins, et c’est bien compréhensible pour une salle « ancienne », les décors ne sont plus du tout à la hauteur de ce qu’il se fait actuellement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *