Le défi de l’Alchimiste

Entrez dans le bureau de Nicolas Flamel et tentez de découvrir les mystères de la pierre philosophale. Si vous échouez dans cette quête, il nous sera impossible de savoir ce qu’il adviendra de vous.

Troisième acte

On retourne faire notre troisième et dernière séance chez Gamescape pour relever le défi de l’alchimiste. Fort de notre précédent record pour l’une des salles – L’entretien avec Gustave Eiffel – on note rapidement que ce record est toujours en place.

Je tiens à préciser que le nom est donc sous Maf-ia, c’est le nom de ma team au travail… ils ne veulent pas en changer, Grrrr ! Donc si vous voyez ce nom, dites vous que les Potes d’échappement traînent aussi dans les parages.

Une fois la présentation faite, notre hôte nous emmène à l’aveugle (comme à l’accoutumée là-bas) dans la salle qui sera donc notre tombeau si nous résolvons pas les énigmes de l’alchimiste en moins d’une heure.

Deuxième record

Une fois lancés, il faut avouer qu’on se débrouille plutôt bien. Bonne fouille, bonne analyse et force est de constater qu’il y a du travail à fournir tant nous trouvons d’éléments.

Les énigmes sont assez denses et variées ; les éléments pour les résoudre sont bien cachés. Dixit notre game master « la fouille est vicieuse » – et bien nous confirmons. La réalisation en parallèle est indispensable si l’on veut sortir dans les temps, encore plus pour battre le record (j’avoue ne pas y prêter spécialement attention personnellement).

Les décors sont assez simples et sobres, on notera cependant un chouette travail de recherche pour les éléments du décor d’époque. Certains cadenas ou certaines clés étaient juste fabuleuses à regarder en imaginant le passé qu’elles pouvaient sceller.

La suite ? Elle reste assez simple : une envolée lyrique de nombres et d’énigmes résolues en un temps record. Selon notre game master : « c’est plaisant à regarder ». Nous avons cependant bloqué à un moment et nous sommes résolus à utiliser un indice.

Parlons-en du coup : les indices sont à notre disposition tout au long du parcours, les utiliser nous fait perdre des points : car oui, le score final se compte en point et non pas en temps chez Gamescape. Une originalité que j’apprécie personnellement.

Une fin

Nous apprenons cependant que la salle vit ses dernières heures, elle sera bientôt fermée et changée en quelque chose de neuf. Au vu du vortex temporel que propose la licence, nous pouvons aisément imaginer qu’elle restera dans sa zone de confort sur les époques.

Au final, un escape game amusant, assez complexe et un système d’aide très original. Un mélange détonnant et très intéressant que j’aime beaucoup, le tout dans une licence très appréciable. Cela suffit donc à mon cœur de joueur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *