Le sceau des héritiers

Le temps passe et le pouvoir d’un sceau magique commence petit à petit à se briser. Il scelle le fantôme du musée de Jean-Jacques Henner. Vos ancêtres ont déposés ce sceau et il vous faut maintenant, en tant que descendants, rétablir sa puissance.

Happy Halloween !

Il est presque devenu rituel pour Halloween d’aller tester des events. Cette fois c’est sur le musée national Jean-Jacques Henner sur lequel nous avons jeté notre dévolu. Le scénario s’intitule Le sceau des héritiers. Comme son nom l’indique, nous sommes donc les héritiers du peintre Henner. Nous sommes les seuls à posséder le pouvoir nécessaire pour enrayer la malédiction d’Halloween.

Un fantôme se ballade actuellement de toile en toile et devient urgent qu’il soit arrêté. Pour cela il nous récupérer assez d’essence spectrale contenue dans les œuvres de notre aïeul. Grâce à notre tablette chasseuse d’esprits, nous pourrons donc récupérer cette essence moyennant un défi imposé par les spectres de différents tableaux. Le thème et la cohérence de l’histoire sont bien amenés. Franchement, nous avons hâte de tester nos capacités sur cet event original et qui promet d’être intéressant.

Maintenant que le décor est planté, passons donc au musée. Le « personnel » est vite très occupé par les joueurs mais gère relativement bien l’affluence. On imagine aisément qu’ils sont probablement du musée mais aussi des acteurs Happinov, vu leur connaissance de l’escape game. Les locaux, bien qu’exigus, restent praticables de manière étonnante. Il faut noter que l’équipe garde un sourire et un sens du service intact ; c’est particulièrement agréable.

Who you gonna call ? Ghostbusters

La traque commence donc par de la récupération d’essences spectrales à travers une tablette (prêtée) et des tableaux à disposition dans le musée. Certains tableaux – indiqués sur un plan fourni – ont quelque chose à nous dire et c’est chose aisée que de les trouver. Chacun d’entre eux a évidemment une demande qu’il nous faut satisfaire avant de s’attaquer au tableau suivant.

Les défis proposés par les tableaux sont tous des jeux assez amusants, il faut le reconnaître et le jeu avec la tablette se fait assez facilement après quelques explications fournies par les acteurs. Ils sont d’ailleurs très nombreux et donc facilement sollicitables en cas de besoin. Il faut également ajouter que chaque tableau raconte tout ou partie de son histoire, donc en plus d’être ludique, l’escape game se veut éducatif.

Les énigmes nous amènent petit à petit à explorer l’ensemble du musée sous tous les angles et toutes les peintures tout en ayant assez de place pour circuler et ce malgré l’imposant nombre de joueurs. Du coup, le mélange énigmes + tablette ergonomique + équipe souriante font de cet escape game un jeu des plus agréables à faire.

Une nuit au musée

C’est donc avec un score correct et sans indice que nous trouvons et enfermons le spectre dans sa cage spirituelle. Nous rendons la tablette, reprenons nos affaires en jetant un dernier regard sur les peintures du peintre Henner.

Nous avons donc découvert un musée, un peintre, joué, découvert la licence événementielle Happinov. On peut dire qu’au final, cet escape game a été un moyen intelligent de faire découvrir un artiste et un lieu. Mon seul « regret » est que le musée est sur trois étages et c’était pas forcement reposant d’aller de l’un à l’autre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *