Le Silver Express

Nous avons rendez-vous avec Vincent Lenoir en 1890 à bord du Silver Express. L’heure du rendez-vous approche petit à petit et nous franchissons les portes du temps… Personne n’est au point de rendez-vous. Était-ce un piège ?

En avant toute !

Comme dit précédemment, nous sommes pour une journée complète à Orléans et nous entamons notre deuxième escape game chez Escape Time : une agence de voyage temporel.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’accueil est gigantesque. Chaque emplacement pour les groupes de joueurs est bien espacé et il est vraiment très agréable de s’y balader. Notre game master, à peine arrivé, nous accueille avec un grand sourire et un bon trait d’humour. Non, il n’y a vraiment rien à dire sur la façon dont nous sommes accueillis au sein de l’enseigne, un vrai plaisir.

Puis vient le moment où notre portail temporel s’ouvre. Malgré notre impatience et l’envie de décontenancer notre game master, rien n’y fait ; il prendra le temps de bien nous expliquer les tenants et aboutissants de notre mission.

L’oubli Express

C’est dans un train lancé à vive allure que nous évoluons. Le décor est bon, tout ce bois autour de nous est crédible autant que la séparation entre les wagons. Néanmoins, les fenêtres statiques et opaques, l’absence de son, ainsi que le manque de légères secousses nuiront à l’immersion globale du jeu. Alors je sais que j’en demande beaucoup – principalement pour les secousses – mais bon, on aime toujours être surpris dans un escape game.

Du point de vue des énigmes, nous sommes sur du pur 1.0, code-cadenas à outrance. Seule la présence d’un sacré nombre d’énigmes est un véritable challenge pour les joueurs que nous sommes. Cependant, les énigmes respectent bien les codes des escape games, elles sont faciles et intuitives.

Du coup, tout se déroule sans accroc jusqu’au final… explosif. Nous allons briller par notre total oubli d’achever la mission qui nous était confiée. Nous sortirons des méandres du temps avec notre fierté d’avoir rushé le jeu et la honte d’être complètement passé à côté du but !

La table des scores

Petit principe sympathique, la licence note les scores du mois et garde le meilleur score visible. Ce qui permet de se « comparer » éventuellement à d’autres joueurs – ou groupe de joueurs. Dans un tableau voisin du notre, notre œil amusé tombe sur un groupe « EGAF »… Nous savons maintenant où les admins du groupe passent leurs week-ends.

Nous retrouvons également notre game master, toujours aussi jovial et sympathique. Il est néanmoins complètement sous le choc de nous voir sortir aussi vite… les mains vides. Néanmoins amusé par la situation, il file inscrire, comme à son habitude, sur le tableau des scores en nous punissant de n’avoir réussi la mission. Qu’à cela ne tienne, nous obtiendrons le score quasi-maximal au vue de notre timer.

Au final, un escape game ludique et simple, idéal pour débuter ou pour appréhender le concept du sujet. Je remercie au demeurant par cet article la sympathie de notre game master.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *