Mission infiltration

Paris est condamné à exploser suite à l’amorçage d’une bombe thermo-nucléaire entreposée dans un bunker sous-terrain. Vous avez 60 minutes pour localiser ce bunker, y entrer, désamorcer la bombe et sortir.

Mister Phelps

Entamons notre septième escape game et cette fois encore c’est chez Team Break que nous posons nos valises pour tenter la Mission Impossible [N.D.A. : renommée depuis Mission Infiltration].

Nous retrouvons notre game master sur Lost : un jeune homme très dynamique et qui nous remet à l’aise immédiatement. Il pose un rythme et une ambiance très amusante et nous entrons dans l’escape game le sourire aux lèvres.

Pas si impossible que ça !

Les décors sont assez bruts : des murs et des meubles. On y découvre des énigmes que nous n’avions, encore une fois, jamais vues. Néanmoins, on se perd un peu sur le but de l’escape game.

Notre game master nous aidera à des moments clés quand on bloquera avec des indices pertinents et non des solutions pré-mâchées. Ces aides ponctuelles nous permettront de sortir dans un stress de malade à 18 secondes de la fin.

L’ensemble est cohérent même s’il s’agit surtout d’énigmes qui ont pour but se nous amener à la fin du jeu. Mais notre histoire/ambiance/aventure aura tellement été amusante et palpitante que nous avons totalement adoré !

Un game master à la hauteur

Nous aurons l’occasion, suite à notre sortie exceptionnelle, de nous remettre lentement de nos émotions en discutant avec notre game master. Il nous parlera de la licence et de ses projets pour l’avenir.

Au final, un escape game qui nous a conquis mais si je devais être plus objectif, le scénario et les énigmes ne sont encore que des prétextes au jeu. Par contre le niveau de difficulté et le mastering était vraiment à la hauteur de nos attentes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *