The Maffia Room

Entrez dans le bureau du comptable de la mafia rivale. Volez-y toutes les informations susceptibles de nous aider à les arrêter !

La gaufre digérée

La suite de notre escapade bruxelloise nous amène donc chez Quarantine pour faire le premier scénario. J’avoue que nous n’avions pas programmé cet escape game. On l’a plutôt organisé à l’arrache en fonction du temps qu’il nous restait à perdre. Oui, une fois le Manneken Pis visité (en escape game comme en vrai), la gaufre digérée, nous avions encore un bout d’après-midi libre.

Donc, c’est une bruxelloise toute gentille qui nous accueille tant bien que mal. En effet, elle est  débordée par les joueurs qui vont et qui viennent. Avec nous, elle est estomaquée qu’on puisse avoir fait 94 escape games ; tout cela reste néanmoins sympathique.

Elle est responsable de la mafia rivale et pour la faire tomber, il nous faut récupérer des documents secrets dans le bureau de son comptable. Juste pour moi, il aurait pas été plus logique d’inverser le scénario ? Qu’en tant que chef, elle nous demande de trouver des éléments pour faire tomber le gang rival ? Bon… passons…

Le gaufrage bruxellois

L’escape game en lui même se constitue d’une seule et unique pièce à notre grande déception. Il y a une autre porte et un placard, qui eux, ne serviront à rien. La seule vitrine montre de façon très flagrante des éléments de l’enquête ce qui nous prouve que cet escape game est fait pour débutant.

Une fois le constat fait, on avance dedans comme on nage sur une rivière calme. Il n’y a pas grand chose à en dire sinon qu’il n’y a que peu d’éléments dans ce bureau minimaliste. Au final, une fouille restreinte et quelques  énigmes très basiques.

Seule la dernière énigme nous aura tenu plus de cinq minutes et vu qu’elle n’est pas très « logique », cela ne sera pas étonnant.

En entrant, notre game master nous avait prévenu qu’un gong retentirai à la première demi-heure passée dans le jeu…

Sans nappage

… nous ne l’avons même pas entendu. Enfin si, nous l’avons entendu pendant le débriefing. Le constat est sans appel : moins d’une demi-heure dans l’escape game. Ce qui n’est pas forcement gênant en soit quand l’escape game est bien fait.

Nous ressortirons de la licence profondément déçus, d’une part vu le prix d’un escape game pour deux joueurs et d’autre part vu le temps passé à l’intérieur. Je n’ose imaginer un groupe de quatre qui connaissent un peu le concept. Bref, je pense que dans un an, je ne me souviendrai plus de ce jeu.

Au final, un escape game bien décevant qui n’apporte rien dans le monde de l’escape game, autant du point de vue du scénario que dans la réalisation cousue de fil blanc.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *