Very Black Trip

Au sein du NostroLab, rien ne marche comme on l’aurait souhaité. En pleine mission de sauvetage, c’est bientôt nous qu’il va falloir secourir. Tout semble dérailler, et vos amis, sont-ils réellement vos amis ?

Les fils de Pete

Cette fois, nous nous dirigeons dans la région sud de Lille. L’accès n’est pas forcément évident quand on est pas véhiculés – comme nous – mais il y a toujours des solutions évidemment.

Le complexe qui héberge In Lusio est tout simplement gigantesque et impressionnant. L’accueil – une fois enregistré à un guichet qui fait très théâtre ou cinéma – est juste somptueux. Un bar – payant – avec de quoi grignoter et boire, des sièges confortables et de la place. Petit coup de cœur pour les sièges-balançoires. Il n’y a vraiment rien à reprocher aux efforts faits pour accueillir les joueurs.

Notre hôtesse, avec sa bonne humeur, va nous accompagner d’un bout à l’autre de la séance au point de la rendre totalement plaisante. Elle nous a accompagné tout le long de nos conneries en s’amusant même avec nous. Une fois les consignes de sécurité passées, l’heure est venue d’aller sur notre voyage spatial, que j’espère avec retour.

Le 5e passager

Tout d’abord, il faut préciser que – quelle que soit l’aventure choisie – ce n’est pas un escape game : il s’agit d’une aventure immersive dans laquelle nous sommes plongés. Nous serons totalement guidés sur les actions à mener, dans l’ordre à faire et dans le scénario par le robot/commandant de bord.

Les décors sont époustouflants de réalisme. Un pur travail de crédibilité a été porté sur le vaisseau, son usure, sa conception au point de se croire dans un opus d’Alien. Sauf que cette fois, nous ne le regardons pas par la lorgnette de la télé, mais nous sommes plongés dedans.

Le défaut sera l’exercice de manipulation assez long et répétitif qu’il nous faudra faire dans ce vaisseau qui nous est totalement inconnu avec un manque flagrant d’éclairage. Du coup, repérer la « Technical Valve » devient un exercice compliqué et nous passons la majorité du temps à lire des boutons en espérant qu’il soit le bon. Heureusement, l’aventure ne se limite pas à cela et la suite est un peu plus amusante voire angoissante par moment – car nous ne sommes pas seuls !!!

Au fur et à mesure de la progression le volume sonore de la musique et du robot commandant va également s’intensifier au point de devenir assez handicapante pour un jeu de communication.

Une fois débarrassés du 5e passager, nous reprenons notre route en pilotant le vaisseau nouvellement réparé avec un petit jeu vidéo digne d’une borne d’arcade.

Le suite ?

Après un shooting dans des vrais décors de cinéma qu’on apprécie mieux à pleine lumière, nous ressortons rapidement car une suite toute aussi mouvementée nous attend. Nous noterons que pour une fois, la pleine lumière vient montrer à quel point les finitions du décor sont bien faites – alors que bien souvent, la pénombre cache les défauts.

Mais qu’elle suite donner à In Lusio : deux bruits sont arrivés à nos oreilles à l’époque où nous avons joué. Celui d’une nouvelle salle dans les mois a venir d’un côté et celui d’une fermeture imminente… Qui a raison, à ce jour je n’en sais rien. Quoiqu’il en soit, je serai bien triste que cette expérience et cette qualité de décors finissent aux oubliettes intersidérales.

Au final, un jeu interactif très sympa à faire. Il faut juste se laisser guider et avoir envie de vivre une expérience de cinéma. Une très belle réalisation en tout cas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *