IT

Partez à la rencontre du kidnappeur d’enfants. Entre rêve et cauchemar vous allez devoir affronter vos peurs les plus profondes.

IL

Après une certaine effervescence horrifique, nous ressentons toujours un étrange sentiment à mi-chemin entre la peur et le plaisir d’avoir vécu une telle session. Alors, histoire de rester dans le thème après l’excellent Saw, on se lance à l’assaut de Pennywise : le clown de « Ça ».

L’enseigne ne se cache même pas derrière de faux semblant en tentant de renommer l’escape game, de changer le maquillage du clown ou la couleur du fameux ballon rouge. Non, on va subir “It”. Point.

Notre hôtesse adopte pour le coup une tenue et maquillage gothique qui dénote assez avec l’ambiance mais bon pourquoi pas. La mise en ambiance est correcte, sans plus. Elle nous raconte que des enfants ont disparu et qu’il faut les retrouver. Jusque là, tout colle.

EST

On est maintenant séparés (pourquoi ?) en deux groupes. Enlevés puis attachés à l’instar des enfants dont on parlait juste avant. Les décors sont peu crédibles, on n’arrive pas à rentrer dans l’ambiance. On se débarrasse rapidement se nos chaînes et l’équipe se regroupe pour allez affronter l’horrible monstre.

Notre chemin est semé d’embûches assez incompréhensibles. Mais c’est surtout cette absence de lumière qui est pénalisante. Les décors évoluent pour nous faire rentrer petit à petit dans l’antre de Pennywise,  toujours plus sombre et plus glauque.

REVENU

La place mise à disposition pour l’escape game est phénoménale, mais dans ce dédale on se lasse de lire dans l’obscurité ou de devoir porter notre attention sur une bande son en anglais qui n’apporte rien aux énigmes. Le combat final contre le monstre n’est pas spécialement intéressant et reste pourtant le climax de fin et le souvenir que l’on en garde.

Je ne sais pas si c’est que la déception se lisait sur notre visage ou si elle n’avait pas trop envie de nous parler, mais la photo finale à été vite torpillée et nos affaires se sont retrouvés sur notre dos sans trop demander notre reste.

Prochaine aventure : Indiana Jones 4

Au final, un escape game qui souffre de trop vouloir en faire. Trop sombre, trop à lire et très répétitif on notera cependant un espace pris assez conséquent au service d’une narration fidèle au bouquin.