La cabane de Kodawe, le bûcheron Nénètse

Le gardien de ce temple est un bûcheron Nénètse, descendant des nomades des plaines de Sibérie. Héritier du secret du Livre éponyme, il a fait de sa cabane un temple. Dans ce temple se cache un morceau de la carte qui conduit au sanctuaire… qui renferme le Livre.

Un équilibre qui se fait attendre

Nouvelle aventure dans le monde des escape games nomades : la cabane de Kodawé. Le moins que l’on puisse dire de cette saga, c’est que le livre des équilibres se sera fait attendre. Nous avons commencé en 2017 ce quête et en attendons encore la fin !

Loin des tipis et autres yourtes, ce guerrier nous attend cette fois dans sa cabane en tant que bon bûcheron qui se respecte. Bien que d’extérieur cela ressemble fort à l’assemblage de planches de bois brut montées vite fait, nous verrons plus tard ce que nous propose l’intérieur.

Notre game master nous accueille et récite son texte d’introduction comme un game master-bot, sûrement très/trop habitué aux joueurs itinérants du parc floral. C’est un peu compréhensible mais franchement décevant.

Un bûcheron sans poutre

À vrai dire, je m’attendais un peu plus à voir des poutres en bois que des murs lisses et sans âme. Néanmoins, la cabane présentera son petit lot de surprises inédites par rapport aux autres jeux de l’enseigne et c’est appréciable.

Malheureusement, les énigmes sont non seulement assez pauvres, mais elle manquent également cruellement de fil conducteur. Même si le démarrage est assez facile et intuitif, on se retrouve vite bloqué à cause d’un manque d’indication. Cela fini facilement pas agacer les plus conciliants d’entre nous.

L’accompagnement des joueurs sera également sans trop de relief. Après l’exposé récité du scénario, ce sont quelques absences de mastering que nous déplorerons. Est-ce dû au nombreuses tâches à effectuer en parallèle de notre séance : autre escape game, location de matériel de ping-pong oiu que sais-je d’autre ? Le fait est que notre aventure en a pâti.

Un manque d’entretien

C’est donc sur des énigmes très mal conçues que nous ressortons légèrement agacés de voir autant de potentiel gâché par un manque de recul des créateurs – c’est pourtant pas bien compliqué d’investir dans un fil de laine approprié…

Au final, un escape game qui pourrait être tellement mieux exploité si on s’en donnait la peine. Malheureusement, cette cabane souffre de l’abandon apparent de son maître et de ses gérants. Le plaisir des joueurs passe à la trappe, à c’t’heure !