La supérette

Cette supérette semble brasser des sommes d’argent phénoménales. En tant qu’agent, il vous faut inspecter l’intérieur et découvrir ce qui s’y trame.

1 petite pièce s’il vous plaît

C’est donc avec un thème des plus intrigants que Room Rush nous a attiré : la supérette. Sérieusement : devoir s’échapper d’une supérette, j’avais un peu de mal à imaginer quel pourrait être le scénario.

Nous arrivons donc frais et dispos chez Room Rush pour rencontrer Jonas, fondateur des lieux. Contrairement aux autres enseignes qui disposent d’un local commercial pour exploiter leur(s) escape game(s) avec pignon sur rue, ici c’est un timide nom sur une sonnette qui nous indiquera que nous sommes bien devant les locaux.

Nous entrons donc, et nous retrouvons nez à nez, ou devrais je plutôt dire nez à pièces, avec un puzzle en cours de réalisation. Jonas nous propose le défi de poser au moins une pièce ! Comme nous sommes plutôt joueurs et le puzzle bien avancé, nous multiplions par 5 le défi proposé et on entre enfin dans le vif du sujet.

1 euro la barquette

Nous sommes donc devant la supérette dont l’art-déco n’est pas sans rappeler le vieux Paris. Parti pris clairement choisi et assumé avec le « Chez Norbert » qui trône au dessus de la porte d’entrée et son store couleur démodée. Sans trop l’annoncer, finalement, c’est un voyage dans le temps qui nous attend.

Notre game master commence donc son pitch dans une langue qui m’est totalement inconnue. C’est un savant mélange d’un lieu avec une forte réverbération et d’une voix chuchotante qui en font un dialecte incompréhensible pour moi. Cela ne semble pas affecter mes compagnons de route alors je décide de mettre ça sur le dos de ma surdité naissante. Puis enfin, c’est le moment de l’ouverture des portes pour les potes et l’on s’engouffre dans la supérette.

Le moins que l’on puisse dire c’est que tout y est. De l’établi de fruits et légumes à la caisse enregistreuse, l’ensemble est cohérent et totalement immersif. Ceci n’est pas du spoil mais un constat sur les photos mises à disposition par la licence sur le net.

Là où j’ai un peu plus de doute, c’est sur l’intérêt de mettre de la vraie nourriture… même si nous sommes prié de ne pas y toucher en début de séance… tôt ou tard, des joueurs moins scrupuleux n’hésiteront pas à ouvrir les différents paquets… mais soit.

1 congel à remplir

Les énigmes sont cohérentes et à peu près en rapport avec l’alimentation. On y notera quelques trouvailles originales mais quelque peu déroutantes. Le mastering est efficace et bien calibré nous permettant de sortir dans le temps imparti. L’un des grands doute concernant notre session résidera dans l’acting de notre game master qui est assez approximatif, même si je n’ai aucun doute que cela évoluera au fil des sessions et avec l’expérience.

Une chose est sûre, il y aura beaucoup à faire dans cette supérette et parfois c’est un peu du hasard et parfois bien amené.

Au final un escape game dont l’immersion tient bien ses promesses et bien que je sois dubitatif sur quelques parties du jeu, l’ensemble est cohérent et se laisse faire agréablement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *