Minuscule

Vous êtes invités à la dégustation sucrée de Monsieur l’Ambassadeur.
À cette occasion, notre chocolaterie dévoile son dernier chef-d’œuvre : le cookie aux 5 pépites. Nous terminons les derniers préparatifs quand soudain, c’est la panique : la dernière pépite s’est volatilisée ! L’ultime solution pour la retrouver ? Vous rétrécir bien sûr !

Une affaire de goût

Après plus de quatre ans d’attente, l’enseigne LockBusters nous propose enfin son second opus. Nous étions sortis mitigés du vol de la sauce secrète principalement à cause de sa mauvaise gestion et mastering. Cependant, nous gardions un excellent souvenir de la salle en elle-même et des idées ingénieuses que nous nous étions délecté à déguster.

C’est donc très confiants que nous poussons les portes… ou plutôt que les portes s’ouvrent devant nous, et que nous entrons chez LockBusters. L’accueil à conservé cette pointe d’humour et cette création très personnelle de l’enseigne. Nous apprécions grandement la mise en bouche qui, comme précédemment, fait clairement référence à leur univers ludico-culinaire.

C’est donc fort d’une histoire abracadabrantesque que nous entrons dans la « salle », prêts à aller chercher le saint Graal et sauver ainsi ce pauvre serveur. Fait du hasard, nous allons rentrer dans la même salle physiquement qui hébergeait celle où nous avions fait la sauce secrète…

Tous les goûts sont dans la nature

… et bien le moins qu’on puisse dire c’est que je ne m’y retrouve pas du tout. Et c’est une bonne chose tant les modifications apportées sont énormes. Le travail de décors est poussé quand on sait la difficulté inhérente à devoir agrandir des éléments anodins du quotidien.

Bien que l’idée soit des plus originales sur Paris, nous ne pouvons que comparer ce jeu à celui de ClueQuest à Londres : cQ Origenes. Autant l’histoire gagne un peu plus en saveur, que la réalisation pêche un brin par manque de finition. À 4 joueurs, on s’y sent à l’étroit… malgré notre taille réduite, et on ne comprend pas forcément le but du jeu.

Les énigmes, tout d’abord très séquentielles puis parallélisables, sont assez floues au premier abord. Puis, l’intérêt du jeu grandissant, elles nous mènent assez facilement au climax final qui manque un peu de hauteur. Le tout retombant comme un soufflé avec un goût de trop peu.

Au goût du jour

Soyons pragmatique, on a déjà été envoyé à travers le temps, agrandi, rapetissé, mais dans chacun de ces événements, la préparation est primordiale et nécessite un peu de son et lumière… c’est ce qu’il a manqué à notre entrée et à notre sortie, même si la narration et son narrateur étaient excellents.

Tout se fini avec, certes, le goût de la victoire, mais il manque la pincée d’épices pour nous permettre de la savourer pleinement. En dehors de l’aspect graphique, l’aspect difficulté – très simple selon nous – rajoute une légère frustration au jeu. C’est néanmoins très bien adapté à un groupe de débutants.

Au final, un escape game qui surprend par son histoire et sa réalisation. Bien qu’en manque d’un peu de sel, le goût du jeu est plaisant en bouche.