QuestHouse

Vous allez entrer dans le monde mystique du Génie… Il ne vous reste que 60 minutes pour vous échapper… Ressentez l’atmosphère et entrez dans l’ère des plus grands peintres, résolvez les indices et souvenez-vous que tout le monde doit s’échapper !

On dérange ?

L’heure de réservation n’est pas tardive et pourtant, il fait nuit noire dans les rues de Sofia. Nous avons beau la chercher avec l’adresse et le bon vieux Google Maps, rien à faire ; l’entrée de cet escape game nous résiste.

Finalement nous poussons la porte d’entrée du lieu recherché pour tomber nez à nez sur une soirée familiale d’anniversaire. En fait, l’escape game est chez l’habitant et ils nous avaient complètement oubliés. Bon, remarquant notre gêne mutuelle, ils font contre mauvais cœur bonne fortune en acceptant notre paiement et nous laissant jouer.

On s’ennuie…

On pousse la porte d’un atelier de peinture avec en fond sonore des gosses qui hurlent en bulgare quelque chose qui devait être « bon anniversaire », aka Grabeulwick pour les intimes. Quant à nous, on tente de se concentrer pour tenter d’ouvrir les 1, 2, 3, 4… innombrables cadenas devant nous.

Les énigmes sont assez passables en général même s’il faut souligner quelques efforts réels faits pour les moyens d’un jeu chez l’habitant. Néanmoins, l’ensemble manque clairement de logique, de suivi et de finitions. On saute du coq à l’âne sans spécialement de passerelles scénaristiques, après tout, une histoire, ça sert à rien…

Ce qui devrait être le twist annoncé dans le scénario n’a aucune saveur ludique non plus que d’intérêt dans la trame de l’histoire. C’est décousu et non avenu.

On se casse !

Sortir de là ressemble plus à une délivrance comme on en vit rarement, nous reprenons vite nos affaires afin de laisser cette horrible salle derrière nous. La prochaine devrait nous faire oublier très vite cette réservation hasardeuse.

Prochaine aventure : Dans l’inconnu et au delà

Au final, en dehors de quelques trop rares effets sympathiques, l’ensemble est lourd, sans spécialement d’intérêt et avec une réalisation qui laisse un goût d’inachevé.