Ernestine

Rien de tel que d’hériter d’un manoir pour se rappeler à quel point la grand-tante Ernestine était étrange. Nous nous rendons visiter notre bien, pour finalement nous rendre compte qu’elle n’est pas forcement « partie ».

Un tour, ça va. Deux Tours bonjour les escapes !

Les Potes, ça voyage, ça va toujours à droite, à gauche, de victoire en échec, à Rennes, à cheval et pour ce coup là… à Tours. [Ce scénario existe dans d’autres villes que Tours]

En ce qui concerne l’accueil, il manque la base à laquelle on s’habitue allègrement à Paris (boissons et grignotage). Cependant, l’explication du fonctionnement de l’escape game et des règles a été correcte et accessible et ce, même pour des novices qui étaient majoritaires dans le groupe.

Une fois cette étape passée, nous voilà donc fin prêt.

Un escape game à sept !

N’est-ce pas un peu trop d’aller à 7 joueurs dans cet escape game ? J’ai vite compris que non. En effet, nous avons été séparés en 2 groupes et introduits dans 2 pièces de la demeure de la grand-tante Ernestine, un groupe dans une chambre, un autre dans une sorte du bureau/salon.

À un moment ou un autre, nous devrions donc nous retrouver.

Concernant les énigmes, mélange de cadenas, mécanismes, exercices de logique et fouilles dont certaines un peu vicieuses.

Le game mastering est précis et arrive à point nommé en cas de blocage, le tout dans un ambiance de maison hantée : on avait l’occasion d’entendre parfois de petits cris aigus bien placés pour mettre dans l’ambiance.

La dernière énigme nous a fait monter la pression car il nous restait que 6 minutes, et nous avons dû donc  courir dans tous les sens !

Au final, une bonne ambiance, crise de rire et bonne humeur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *