La mission spatiale

Alerte, Alerte !!!! C’est la fin de la Terre, un astéroïde nous tombe dessus et il ne reste que très peu de temps pour sauver l’humanité. La mission est donc capitale : embarquer à bord de la navette, rejoindre la station spatiale de la The Game Airspace et la mettre sur la trajectoire de l’astéroïde. Du sur mesure pour les héros que nous sommes.

La multiplication des talents

The Game est une  entreprise florissante qui, après avoir monté leur filiale The Game Subway, The Game Airline viennent de lancer leur nouveau projet : The Game Airspace. Loin de se satisfaire sur ce qui se passe sur notre belle planète, ils veulent maintenant conquérir l’espace !

Un soir, tard vers 14 h, je reçois un message d’urgence décrétant ni plus ni moins la fin du monde par la biais d’une immense météorite qui arrive droit sur nous. Le temps de monter mon équipe de héros, enfiler nos combinaisons spatiales et nous nous rendons sur les lieux du décollage.

Le chef de la base est très accueillant, voire survolté ! La fin du monde est proche, il compte sur  nous, nous ne pouvons pas le décevoir. Il a calculé notre mission à la seconde près : il a été le cerveau, à nous d’être le bras armé.

L’addition des forces

Notre navette, bien qu’assez étroite, offre un design très moderne. D’ailleurs, en parlant de design, la qualité générale de l’escape game offre une très bonne réalisation et est totalement crédible. Chaque élément est à sa place : des éléments de décoration jusqu’au tableau de bord, tout est cohérent. L’immersion dans les lieux et dans l’espace correspond donc bien à nos attentes.

En ce qui concerne l’histoire,  elle nous est bien racontée durant le pitch, et parfaitement bien exploitée du début à la fin du jeu. Les concepteurs prendront même la peine d’y intégrer quelques petits pièges amusants à déminer.

Pour les énigmes, le vaisseau ne manque pas d’imagination. Les épreuves sont plus souvent des jeux que des énigmes ce qui procure un certain amusement. Il faudra aussi faire preuve d’une fouille minutieuse pour résoudre tous les pièges de cet escape game.

Il en ressortira néanmoins deux points négatifs sur notre séance : le premier est le volume sonore des moments de stress durant le jeu qui m’a littéralement bloqué. Le second aspect qui m’a un peu dérangé est le côté redite de quelques énigmes que l’on retrouve dans les autres jeux de l’enseigne. Une fois apprivoisée, celle-ci n’est qu’une formalité à régler.

La division de la victoire

Après un peu plus d’une demi-heure passée dans l’espace, nous retournons donc sur terre forts d’un succès légèrement terni. La fin pouvant être conditionnée – fait suffisamment rare pour être mentionné – nous avons échoué dans une partie de notre victoire.

Le retour sur Terre se fait cependant sous une salve d’applaudissements, inscrivant ainsi notre nom sur le tabloïd des records du mois.

Au final, un escape game qui suit un peu le schéma de The Game sur les trois précédents jeux : on a commencé dans les sous terrains parisiens, puis dans les air et enfin l’espace. Chaque jeu a son propre univers, mais un fil conducteur commun : amuser le joueur et avec celui-ci, l’enseigne semble ne plus toucher terre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *