La prison bêta

Un nouveau style de prison s’offre à nous : pour les détenus ayant de petites peines, il est maintenant possible de choisir de passer une épreuve. Si nous faisons preuve de coopération et de solidarité, nous devrions être capable de nous en sortir…

Au délà du périf !

Un escape game pisciacais n’est pas un escape game dans une piscine. C’est un escape game qui se situe à Poissy – même si avec les inondations de ces derniers temps, on se demande si les deux n’ont pas un peu fusionné. Tout ça pour dire qu’une nouvelle licence vient de s’installer dans cette ville des Yvelines : The Exit, jusque là, aucune originalité dans le nom.

Une fois arrivés à l’escape game, nous entrons dans un espace assez vaste avec le nom de la licence très bien tagué sur le mur du fond (histoire de faire djeun’s). Les propriétaires nous accueillent avec chaleur et sourire. Les fondamentaux sont bien présents et ça, ça fait plaisir !

Comme nous avions le temps et eux aussi, on en a profité pour discuter un peu des escape game, de notre passion et de la leur. Au premier contact, on sent bien les joueurs passionnés et à ce niveau-là, on espère qu’ils ont bien intégré leur amour du jeu dans l’escape game.

Enjoléééésss, enfermééééésss

Comme pour tout scénario d’une prison, on entre à l’aveugle dans notre geôle. Je devrais plutôt dire « poussés sans ménagement » dedans. Je dois vous avouer qu’être poussé, mains dans le dos et avancer sans pouvoir voir ou sentir ce qu’il y a devant soit est une expérience assez particulière et désorientante. Mais aucun incident à mentionner là-dessus.

L’escape game commence et on découvre notre environnement. Les décors – des prisons et des pièces suivantes – sont assez sobres mais représentatifs de ce que l’on peut imaginer des lieux. La réalisation est donc propre et soignée, l’immersion est bonne.

Les énigmes sont assez simples dans l’ensemble, il se cache cependant quelques passages assez délicats que nous avons plutôt survolé par hasard – allez, pour être honnête, on a plus tenté le « quand il manque un chiffre, on essai au hasard » – toujours est il que ça fonctionne.

Le mastering est très guidé (bruit de succès quand on avance, beaucoup plus calme quand on tente des trucs inutiles (et quoi que vous puissiez en dire, vous en tenterez des trucs inutiles…), une mention spéciale pour la musique de « sortie de geôle ».

Un premier escape game satisfaisant

Au final, on se retrouve avec un escape game assez simple avec quelques petits pièges dé-jouables, une fouille rigoureuse et minutieuse sera de mise pour permettre de sortir de la prison ainsi que quelques « bon bah, il faut y aller ».

En sortant, nous avons pu reprendre notre conversation entre joueurs tout en donnant notre avis sur leur scénario et leur réalisation. À titre personnel, j’ai hâte d’aller tester leur(s) prochaine(s) histoire(s).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *