Choupette ? Choupette ?!

Saint-Germain n’est plus si tranquille depuis qu’un gang de chats sataniques ont gangréné la ville. Durant votre dogsitting de la précieuse Choupette, elle est enlevée ! Vous n’avez que peu de temps pour remettre la main sur elle avant le retour de son maître.

Du haut de ses 20 cm de long

Après avoir risqué notre vie pour récupérer les trésors aux fins fonds d’une mine prête à s’effondrer, nous nous dirigeons vers la demeure de Choupette, jeune Yorkshire dont c’est l’anniversaire aujourd’hui. Et comme rien n’est trop beau pour Choupette, son papa demande pas moins de 4 dogsitters durant une heure le temps d’aller chercher son cadeau. Il nous semble évident que rien de fâcheux ne peut se produire…

Notre game master nous emmène faire le briefing dans la salle. C’est un peu malencontreux car notre attention se porte plus sur notre environnement que sur son introduction. Le temps qu’il nous explique ce qu’il attend de nous, nous prenons nos aises et nos regards émerveillés scrutent le salon, sa décoration, et ses premières énigmes. Je trouve cela dommage de donner la possibilité d’anticiper ainsi quelques détails tant il est difficile de faire abstraction du lieu et de rester concentrés uniquement sur le maître de Choupette. Après c’est aussi peut-être notre faute d’être devenu aussi curieux.

Alors la décoration, parlons en, même juste un peu… Je veux bien comprendre l’irrémédiable passion que peut avoir un maître pour son animal – même un Yorkshire – mais là, ils ont fait fort.  Les game masters de l’enseigne ont dû déployer des trésors de patience pour réussir à trouver le mobilier de la salle. On ne frôle plus le ridicule, on y saute à pieds joints, le kitsch, un état d’esprit, le bling bling, la base même du cahier des charges. On a-d-o-r-e ! Tout est prévu pour nous pulvériser la rétine et c’est haut la main que l’objectif est atteint. Chapeaux bas messieurs.

Cha ché con !

Évidemment, et ce n’est pas un spoil que de le raconter : le gang des chats chatanique intervient pendant la garde de notre chère Choupette. Nous léchant ainsi peu de temps pour remettre la main sur elle et ainsi fêter comme il se doit son pachage vers sa nouvelle année. Chest donc une course poursuite qui nous attend dans des décors de plus en plus loufoques.

Les énigmes ne sont pas en reste, même si certaines d’entre elles sont plus là pour l’humour et le côté dérision, l’ensemble se veut tellement décalé qu’on se laisse prendre au jeu du chat et de la souris. L’histoire est un fil conducteur chacile à suivre ce qui rend l’ensemble cohérent et agréable à jouer.

Nous n’aurons pas spécialement besoin de notre game master, néanmoins les quelques interventions qu’il se doit de faire sont sensées et en rajoutent encore au plaisir de cette salle. Choupette est donc bien retrouvée, chienne et sauve, avant même que son maître ne se rende compte de la superchaterie !

Choyeux anniverchaire Choupette !

Nous fêtons donc dignement l’anniversaire de Choupette autour du cadeau ramené par son cher maître. Ni vu ni connu, les événements passés se fondent dans la masse et le désordre ambiant est plutôt une preuve que Choupette a… beaucoup… joué pendant cette heure !

Nous aurons une mention spéciale pour les gages à faire durant le jeu (un jeu dans le jeu). Aussi barrés que le reste, ils se fondent dans le jeu tout en rajoutant une couche #whatthefuck supplémentaire.

Au final, nous ressortons conquis, autant sur le côté décalé de l’histoire, que sur la réalisation générale. L’idée globale est d’amuser le joueur et c’est plutôt réussi. Les énigmes étant nombreuses mais pas forcément complexe, le temps défile tout en nous laissant la banane ! Chapeaux bas messieurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *