The Iron Throne

Déjouez les pièges de cet escape game afin de devenir le nouveau roi de Westeros. 

L’effet mère (des dragons)

Vous le savez maintenant, cet escape game a été classé top 1 de notre voyage à Budapest 2018. Si j’en crois les notes, il serait même le top 1 des deux sessions Budapest (2017 & 2018). Avec le recul, j’émets quelques doutes sur ce classement, mais c’est un détail.

Après avoir revu dans la matinée Gina, la reine de fer de Mystique Room, elle a décidé de nous masteriser lors de notre session Game of Throne. Même si nous découvrirons rapidement que la notion de mastering s’avèrera complètement inutile pour nous dans cette salle, nous sommes touchés par le geste.

Cela fait maintenant deux bonnes heures que nous trépignons d’envie de passer cette somptueuse porte (comprendre deux escape game d’attente). Il est donc temps pour nous d’aller à la rencontre du trône si souvent convoité ! De son propre aveu, Gina nous apprend qu’il n’y a pas vraiment d’histoire sur cette salle, le but est simple : s’asseoir sur le trône de fer et devenir le nouveau roi.

L’effet Waouuuh

Tout comme pour Pirate Bay, plus tôt dans la matinée, on ne peut que constater un effet Waouh en rentrant dans la salle. C’est un véritable voyage dans la série qui s’offre à nous, ce n’est plus une simple immersion. Tout est beau, réaliste et pendant que Gina nous parle, nos yeux brûlent d’impatience de tout explorer. Puis vient le moment où elle s’éclipse.

La zone est donc à nous ! Chaque recoin attise notre curiosité, on a tous envie de tout fouiller, de tout voir. C’est tout bonnement impressionnant… et facile, très facile, et pour le coup trop facile pour notre équipe. Les énigmes s’avalent en quelques minutes à peine, elles sont d’ailleurs principalement faites en parallèle par des binômes.

Les pièces sont belles – je l’ai déjà dit je crois – bien cachées, bien décorées, puis enfin « le voilà ». Le trône se dresse devant nous n’attendant que d’être occupé par nos… enfin vous voyez quoi… Il est somptueux, richement réalisé et fichtrement crédible. Les derniers verrous sautent vite et c’est à peine plus de 20 minutes après notre entrée dans l’univers de Westeros que nous finirons cet escape game.

Et c’est bien là une grande partie du « problème » pour notre équipe. Une telle qualité de décors et même d’énigmes vs la difficulté quasi-inexistante des-dites énigmes pour en faire un escape game de type familial. Pour nous, c’est vraiment dommage, mais je comprends le choix stratégique de Mystique Room d’en faire une salle accessible à tous. Grâce à la gentillesse de Gina, nous avons pu rester le reste de l’heure qui nous était dévolue à discuter, prendre des photos dans le fauteuil – que dis-je, trône –  et autour, à notre guise et ainsi conserver beaucoup de souvenirs de notre passage.

L’effet mystique

L’heure du bilan a sonné, et si cet escape game figure en top 1 de notre voyage à Budapest saison 2, c’est qu’il est tout simplement magnifique. Pas juste beau… non, concrètement magnifique. J’ai bien conscience que ça ne fait pas tout dans un escape game, mais qui sommes nous pour reprocher la facilité des énigmes qui sont d’ailleurs, elles aussi, superbement réalisées.

Au final, nous ne statuerons pas sur le débat de la facilité et élirons cet escape game comme l’un des plus beaux joué par les Potes. Il est temps maintenant de tirer notre révérence de chez Mystique Room. Nous remercions une fois encore Gina pour sa gentillesse à notre égard.

Cette matinée fût riche – humainement et ludiquement – et bien remplie. Il est l’heure pour nous de remplir d’énergie et nous diriger ensuite vers notre prochaine destination… Nous espérons qu’elle sera à la hauteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *