Tchernobyl

L’ancienne centrale de Tchernobyl possède le sérum pour guérir les radiations qu’elle a elle-même générées. En raison de la forte dose du lieu, vous n’avez que 71 minutes et pas une de plus pour accomplir votre mission.

Un centre -radio- actif d’escape game

Nous approchons petit à petit de la fin d’une première journée riche en émotions. Pour ce faire nous poussons les portes de Smart. Il s’agit d’un véritable hangar à escape games accompagné de trois aventures en réalité virtuelle.

Le complexe est impressionnant avec un gigantesque bar au rez-de-chaussé, et trois étages de jeux pour notre plus grand plaisir. Nous allons donc commencer par la salle Chernobyl précisée « avec acteur ». Reste à savoir le rôle que l’acteur va tenir durant le jeu.

Nous allons vite être mis dans la confidence avec notre sergent instructeur qui nous briefe sur la mission qui nous attend et les dangers radioactifs qui sont toujours présents dans La centrale. Malheureusement pour nous, c’est au sein même de cette centrale en ruine que se trouve également l’antidote capable de réparer les dégâts humains causés par l’explosion.

Un radioactif bien actif

Bien que la lumière soit des plus absentes durant l’ensemble du jeu, on peut malgré tout apercevoir les décors de ce qui reste de la centrale. L’ambiance est super bien rendue. C’est glauque, c’est sale, laissé à l’abandon depuis des années et dans le style, une des meilleures réalisation que j’aie pu voir. L’acting est également sensationnel avec une omniprésence dérangeante et effrayante durant toute la partie.

Seule la partie énigmes est un peu en deçà avec des énigmes peu intégrées dans l’histoire. Pour autant, elles se font simplement si tant est qu’on arrive à garder notre sang froid malgré le stress provoqué par la « présence »  qui erre dans ces lieux. C’est cette fameuse présence qui est au cœur même de tout le jeu, jouant tour à tour le rôle d’harceleur ou de geôlier… et il intervient très souvent.

Montrer la peur en direct

Il faut l’admettre, le fait de sortir de cette centrale est une forme de libération que nous savourons avec plaisir. La tension qui s’est installée durant tout le jeu est tellement palpable que c’est une sorte de combinaison anti-radiation que nous sommes satisfaits de pendre au crochet de l’escape game.

En sortant, l’enseigne propose un dispositif inédit qui est de regarder les moments phares de notre aventure en photo et en vidéo. Nous prenons donc un grand plaisir à voir nos réactions durant le jeu. Puis nous redescendons nous préparer pour la suite des événements.

Prochaine aventure : 9 marches vers l’échafaud

Au final, une aventure surprenante en compagnie d’un être effrayant qui change de la thématique classique horreur vers un concept plus historique mais avec les mêmes conséquences : des moments effrayants pour tout le monde !