La yourte de Otgonbaar

L’observateur, gardien d’un des morceaux de carte menant au livre des équilibres a bâti son temple en s’inspirant des grands espace Mongols. Il est maintenant temps de retrouver son trésor caché !

Départ de Paris

Nous venons d’apprendre que la yourte d’Otgonbaar allait partir de Paris. Du coup, dans notre quête du livre des équilibres – et je n’avais pas envie non plus de rester sur mes précédentes impressions – nous avons comme devoir d’aller la tester.

Nous arrivons donc dans le parc de Choisy. Là, en face de nous, deux yourtes à première vue assez identiques. Notre game master, et au passage créateur de la licence, nous raconte assez rapidement la genèse du projet de nomade escape pour s’attarder sur l’histoire d’Otgonbaar l’observateur.

Il faut quand même préciser le cahier des charges de ces escape games : un emplacement nomade, allant d’un tipi à une yourte et pas de salles cachées ou de sous-terrain. À partir de là,  il faut tenir les joueurs occupés pendant 50 minutes.

Arrivée en Mongolie

Comme pour les précédents scénarios, la fouille a la part belle. Rien de tel que du vieux mobilier pour y planquer toute sorte d’objets. Certains seront utiles et d’autres non ; ils prennent le luxe de mettre de la décoration inutile aux énigmes.

Les décors sont sobres, mais tout est cohérents. Les meubles sont principalement de même manufacture, ce qui apporte une grande crédibilité à l’ensemble du jeu. On est facilement transportés dans l’univers graphique du lieu.

Il reste donc les énigmes : logiques et très fluides. Un tout petit anachronisme par-ci et un manque de lumière par-là sont cependant à noter. Cependant rien de bien dérangeant pour sortir dans le temps imparti. Il y a assez peu d’énigmes, ce qui rend le jeu assez rapide et simple à faire.

Retour à la capitale

Nous sortons donc avec notre troisième page du livre des équilibres. Parmi nos trois expériences chez Nomade Escape, je trouve que c’est la plus réussie à ce jour. Est-ce qu’il y a une progression au sein des concepteurs ? La question mérite d’être posée.

L’immersion reste assez similaire aux autres jeux de la licence, mais les énigmes sont plus fluides, plus accessibles et même agréables pour l’essentiel.

Nous discutons donc plus longuement avec le créateur de la licence pour en savoir plus sur lui et les projets. Il nous dévoile ainsi beaucoup plus de choses autour de la quête et de la suite de Nomade Escape une fois le huitième et dernier jeu ouvert.

Au final, une yourte bien agréable à faire, des décors toujours aussi crédibles, même si cette fois, il manquait un peu l’odeur du poil de yak. On notera également que le bruit du générateur électrique a su se faire plus discret voire inaudible pendant notre séance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *