The Architect

La rumeur court depuis longtemps que le célèbre architecte néerlandais H.P. Berlage était membre de la Société secrète des Clés Croisées ; un groupe de sommités qui gardaient certains des secrets les plus puissants du monde.

Depuis la mort de Berlage en 1934, personne n’a ni vu ni entendu parler de la Société ou de ses secrets. Nous soupçonnons depuis peu que leur dernière trace pourrait être cachée à l’intérieur d’une pièce nouvellement découverte. Selon toute vraisemblance, il s’agirait de l’ancien bureau de l’architecte. C’est là que vous intervenez.

Un bien mauvais architecte

Dernière salle de notre périple et il sera temps de faire un bilan. Nous restons chez Sherlocked qui, cette fois, aura un démarrage plus classique. Malheureusement pour moi, le jeu se fait dans les mêmes locaux, à savoir du sous-sol avec une caisse de résonance impressionnante – ma kryptonite. C’est un détail, mais pour un jeu basé sur la communication, il n’y a rien de pire pour empêcher les gens de communiquer…

Comme je le soulignais, l’entrée en matière est plus classique sur la mission à effectuer. Nous nous retrouvons dans le salon de l’architecte ayant bâti ce bâtiment et nous avons potentiellement bon nombre de secrets à y découvrir.

Un bien mauvais Feng shui

La salle principale de jeu est immense et peu meublée, ce qui accentue deux phénomènes : le premier et je reviens dessus, les difficultés pour s’entendre même si c’était moins pénible dans cette salle que dans The Vault. Le second phénomène est l’incohérence : qui, avec autant de place, remeublerait si peu son espace de travail ? C’est un complet non-sens surtout pour un architecte.

S’ajoute à cela les énigmes qui sont toujours incomprises à ce jour. Même avec le recul, je n’ai trouvé aucun lien, aucune connexion entre elles ou racontant une histoire cohérente. Du coup, c’est complexe d’écrire ou de juger sur quelque chose d’aussi peu pertinent. La fatigue de quatre jours d’escape games à du jouer pour me sentir moins réceptif… je ne sais pas… En tout cas, l’expérience m’a semblé longue et pénible d’un bout à l’autre. Cet avis étant assez partagé par les autres membres de notre équipe de six joueurs.

Un bien mauvais Escape Game

Alors, certes, les locaux de Sherlocked sont majestueux mais ne pas les exploiter davantage, les valoriser est une erreur qui nuit à l’expérience de jeu. De plus, les énigmes ne sont pas spécialement passionnantes ce qui fait un curieux mélange : on n’arrive pas à rentrer dans l’univers, on reste détachés et en même tempts prisonniers d’énigmes fastidieuses.

Il est temps maintenant de prendre la direction de la gare et de retourner voir notre bon vieux Paris. D’y coucher les lignes de nos 20 histoires dont vous lisez justement les derniers mots.

Prochaine aventure : il fait chaud ici, il fait chaud là bas ?

Au final, un escape game bien décevant sur tous les niveaux : la réalisation, les énigmes ou l’exploitation des lieux. Sherlocked n’est pas une enseigne que je recommande pour un voyage d’escape games à Amsterdam.