Guerre froide : au bout du tunnel

Vous vous retrouvez pris entre les deux feux de la guerre froide entre les États-Unis et la Russie. Saurez-vous tirer votre épingle du jeu ?

Premiers baisers

Une certaine peur s’empare de nous à chaque fois que je réserve un nouvel scénario qui a peu d’avis sur internet. Notre passion pour les escape game nous oblige presque à avoir envie de tous les tester, mais force est de reconnaître qu’il y a souvent des échecs créatifs.

Jusqu’à présent, c’est assez irrégulier chez Just in time : des escape games dont nous avons que très peu apprécié la réalisation, et d’autres qui nous ont complètement conquis. Nous poussons donc les portes de l’enseigne en attendant de nous laisser surprendre.

Nous y rencontrons donc un game master souriant et dynamique, tellement heureux qu’on partage la même passion qu’on a cru qu’il allait nous sauter au cou – en période Covid, ça aurait été mal venu ! Fort de ses expériences de mastering, il dynamise donc la session et nous fait rentrer directement dans me vif du sujet.

Il ne manque que Poutine

Quand on me parle d’infiltration, je pense généralement à se fondre dans la masse et il faut reconnaître que ce n’est pas trop compatible avec les escape games. Ici il s’agira plutôt d’entrer dans une base secrète abandonnée, afin de remplacer d’autres espions qui ne semblent pas avoir menés à bien leur mission.

L’accès à la base se fait une fois encore dans une pénombre injustifiée qui force chacun d’entre nous à fouiller plus avec les mains qu’avec les yeux. Cette étape, toujours aussi pénible ne m’aura pas permis de rentrer dans le jeu dès le début. Restons pragmatiques, pouvez-vous m’expliquer pourquoi une équipe chevronnée de professionnels partirait pour une telle mission sans s’équiper de lampes torches pour tous ?

Une fois la base atteinte, tout s’éclaire et devient plus  jouable. Les énigmes sont assez classiques mais parfois pas forcément intuitives ; on alterne entre des phases dynamiques et des phases molles et ennuyeuses.

On y notera cependant une progression dans la réalisation des décors par rapport aux premiers scénarios de l’enseigne qui rendent l’action crédible. Mais attention aux portes et plafonds assez bas auxquels chacun d’entre nous se heurtera au moins une fois durant la partie. On y notera également un léger manque de place pour 4 joueurs à plusieurs reprises.

Notre game master devra, intervenir afin de nous expliquer les points obscurs pour nous ; il nous aiguillera pour savoir si c’est de la fouille ou de la logique qui nous fait défaut. Fouille qui, au passage, se révèle intense et assez fourbe par moment au vu de la profusion de recoins parfois sombres.

Mise au point

J’avoue qu’au moment où je rédige ces lignes, j’ai complètement oublié la raison de notre mission sur place, et je n’ai pas l’impression que le but atteins soit celui fixé en amont. Mais qu’à cela ne tienne nous avons quand même eu l’occasion de débriefer avec notre game master pour expliquer notre avis sur sa salle à chaud.

Il semblait assez réceptif quant à notre avis – principalement sur le manque de lumière qui n’est pas justifiable – on verra par la suite si cela aura été pris en compte…

Au final un escape game mi-figue mi-raisin qui ne nous a pas spécialement convaincu. Bien que les décors aient profité d’une bien meilleur réalisation, les énigmes, elles, pêchent un peu par leur manque de fluidité. Nous en ressortiront sans la grande satisfaction d’avoir sauvé quoique ce soit et ne restera pas spécialement longtemps dans nos mémoires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *